Historique de la Journée internationale des femmes 

Née des luttes des ouvrières et des suffragettes qui revendiquaient de meilleures conditions de travail ainsi que le droit de vote, la Journée internationale des femmes fut officialisée en 1977 par les Nations Unies. Clara Zetkin est celle qui a proposé la création d’une telle journée lors de la conférence internationale des femmes socialistes en 1910. La date n’étant pas fixée, ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se mit en branle.[1]

Cette journée est destinée à faire le bilan sur la situation des femmes, notamment en soulignant les gains obtenus, mais également les défis qui demeurent.

Journée internationale de la femme ou des femmes?

Encore aujourd’hui, plusieurs personnes emploient le terme « journée internationale de la femme ». D’ailleurs, notons que cette dénomination est utilisée par l’Organisation des Nations Unies bien qu’en 1910, le congrès international des femmes ait nommé la journée : « Journée internationale des femmes ».

Néanmoins, depuis plusieurs années, des éléments nous amènent à repenser cette dénomination. En effet, l’expression au singulier fait référence à un modèle unique de femmes. Cette expression peut également nier la dimension collective des luttes féministes.

Employer « les femmes » n’est pas qu’une question de langage, mais un reflet des conditions et expériences diverses vécues par les femmes. En utilisant cette expression, on revendique l’égalité pour l’ensemble des femmes, en tenant compte de multiples matrices d’oppression, comme le colonialisme, le racisme, l’hétérosexisme, etc.[2]

Pourquoi est-il encore nécessaire de célébrer la Journée internationale des femmes?

  • Parce que les femmes et les hommes ne gagnent toujours pas le même salaire ;
  • Parce que les femmes sont encore sous-représentées dans les différents paliers du gouvernement et des entreprises ;
  • Parce que les femmes sont en moyenne plus pauvres que les hommes, dès leur entrée sur le marché du travail et à leur retraite ;
  • Parce que la société catégorise toujours les individus selon leur sexe et leur genre, les enfermant ainsi dans des rôles et des modèles contraignants et irréalistes ;
  • Parce que les droits en matière de justice reproductive des femmes demeurent sans cesse menacés ;
  • Parce que trop de femmes demeurent discriminées sur la base de leur sexe, mais également de leur âge, de leur origine ethnique, de leur condition sociale, de leur orientation sexuelle, etc.

Si une personne vous demande pour quelles raisons vous êtes encore féministe en 2016, demandez-lui pour quelles raisons elle ne l’est pas encore !

Et vous, que pensez-vous de la Journée internationale des femmes ?

Références
[1] 8 mars (2016). Historique du 8 mars, [En ligne] http://8mars.info/histoire/
[2] Marie-Eve, Surprenant (2015). Manuel de résistance féministe. Les éditions du remue-ménage, pp.149-152.

Image
Clara Zetkin (1910)
Icône jaune «Je suis féministe» initiative provenant du Nouveau-Brunswick, 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s